Va te faire Quantifier !

Bon on va faire un petit bilan d’étape de l’utilisation de mon FitBit Flex

FitBit Flex

Déjà, ça ne s’utilise pas ‘seul’ :

  • Il y’a tout un éco système d’applications et de sites autour qui rendent l’utilisation plus agréable/simple/drôle (enfin, l’utilisation “avancée” parce que pour l’enregistrement pas/sommeil, y’a besoin de rien ). Voilà ma petite liste
    • MyFitnessPal : Le site est pas forcément utile mais l’application sous Android est mieux gaulée que l’application d’origine FitBit pour la saisie de nourriture. Base de données bien plus riche et surtout fonctionnalité de scan de code barre qui fonctionne super bien.
    • Fitocracy : C’est de la Gamification à l’état pur. Des badges, des e-amis qui vous encouragent. Rigolo mais vu que je ne suis pas encore entré dans la phase méga fitness, pas indispensable
    • RunKeeper : Utile pour suivre les marches. Mais aussi les séances de natation et bientôt de vélo 🙂
  • Que ce soit via FitBit ou Fitocracy, ce qui est aussi motivant, c’est le “challenge” par rapport aux autres. Combien de pas j’ai fait cette semaine versus mes amis, se lancer des challenges etc. Je pense que cette dimension “sociale” joue un vrai rôle dans la prise de conscience et les efforts.

 

Ensuite, ça fonctionne 🙂 Je ne me pèse toujours pas donc je ne peux pas chiffrer le truc autrement qu’une bonne taille (voire 2 ) de pantalons perdue(s) en 2 mois mais par contre je le sens et ça se voit.

Le fait de noter toutes les calories ingérées rend un peu “précautionneux” : Oui, il est tentant ce pain au chocolat mais ses 430 calories alors qu’on ne va pas à la piscine le midi font un peu réfléchir.

Le fait de manger “moins et mieux” fait qu’automatiquement, je mange plus lentement histoire de savourer ( non pas que je me prive mais c’est un fait que j’ai diminué les quantités et certains aliments ).

Le fait de manger “moins” fait que quand on a faim, on a vraiment faim. Donc on écoute un peu plus son corps.

Les petites lumières qui s’allument sur le bracelet donnent quand même envie d’aller au prochain cran 🙂 On se gare un peu plus loin pour marcher, on va plus facilement faire un tour à pied avec le chien, on va jouer à Ingress en marchant au lieu de le faire en bagnole etc.

Le suivi du sommeil est lui aussi assez intéressant. On se rend compte que certaines nuits où on se sent bien reposé, on a eu 3 grosses phases de sommeil profond avec 2 petits éveils perdus là au milieu, on réalise le “déficit de sommeil” qu’on construit jour après jour.

Les petits défauts ( parce qu’il y’en a quand même ) :

  • ça ne compte pas les montées d’escalier ( pas d’altimètre ) : c’est dommage parce que à la fois ça fait plein de challenges de plus mais surtout vu qu’on a tendance à justement prendre plus les escaliers, ce serait aussi bien que ce soit pris en compte.
  • Pas de fonction de réveil “intelligent” : ce qui m’attirait vraiment dans le JawBone c’était la fonction intelligente de réveil qui te sort de ton sommeil au meilleur moment même si c’est avant l’heure. Y’a pas ça sur le Flex, c’est un peu dommage.
  • Le passage en mode de nuit quand on tape sur quelque chose. Si on tronçonne ou enfonce des piquets ou des clous ( ok c’est pas tous les jours je l’accorde 🙂 ), le Flex passe assez facilement en mode nuit, ce qui est un peu bizarre 🙂

 

Sinon, au global, je ne regrette vraiment pas de m’être mis dans cet univers de la Self Quantification. Je retourne à la piscine, je commence ( doucement, très doucement ) un “programme” pour au final courir, je vais reprendre un vélo, je fais attention à ce que je mange, je bois.

C’est vraiment le genre de “déclic” qui marche bien pour un geek trentenaire sédentaire qui s’empâte.

PS : Allez vous intéresser à Unlish petite start-up de Quantified Self de Montpellier qui utilise le SoLoCoMo (Social Local Connecté Mobile ) de façon très pertinente.

La bise chez vous

 

Slammy.

 

0 Responses to “Va te faire Quantifier !”


  • No Comments

Leave a Reply